Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 08:50

Mes chers amis et très fidèles lecteurs,

Tout d'abord je vous remercie de l'intérêt renouvelé que vous témoignez à ce modeste blog et me tiens à votre disposition pour toute question. Le dernier article à propos de la résistance dans les camps a suscité un commentaire très élaboré et documenté de Madame Marie-France Reboul, aussi ai-je tenu à le faire figurer comme article et non comme simple commentaire. Madame Reboul me pardonnera de ne pas avoir publié toutes les photos mais le format de ces pages m'oblige à limiter le poids des articles. Nous reviendrons sur la réflexion portant sur la souffrance et la compréhension de la souffrance. Pour le moment, je vous souhaite une très bonne lecture. 

Bien à vous,

Cathy Leblanc

 

 

Résister par l’art dans le complexe concentrationnaire de

Buchenwald, Mittelbau-Dora et Kommandos

 

Marie-France REBOUL

2 arbre de Goethe René Salme (1) 

 

Au XXIème siècle, il est dit que nous allons passer de L’ère du témoin(1) celle des historiens. C’est sans compter les dessins faits par les déportés au cours de leur déportation, contemporains de celle-ci.

Trente artiste, 28 hommes, 2 femmes(2), ont dessiné dans le complexe de Buchenwald, sur 238 000 déportés hommes et 30 000 déportées femmes, presque tous des déportés résistants.

 

Que signifie l’acte de dessiner pendant la déportation ? Relève-t-il de l’art ? 0001Le petit camp en février 45 Taslitzky - Copie

 

Dessiner au camp pour témoigner et survivre ?

 

Les déportés étaient soumis à des épreuves communes : la faim, l’humiliation, les souffrances, la déshumanisation, la mort. Les dessins qu’ils ont réalisés sont pour beaucoup de l’ordre du témoignage et ils l’entendaient ainsi. Léon Delarbre, peintre résistant, « comprit tout de suite que son talent lui imposait un nouveau devoir. Il comprit qu’il devait tenter de rapporter un témoignage précis et objectif de cette vie monstrueuse et incroyable, pour que ses croquis sur le vif pussent fixer l’empreinte irréfutable d’une barbarie à ce jour sans exemple » témoigne Pierre Maho, son camarade de déportation à Dora.

Ces dessins sont des « j’accuse » visuels ce qui explique qu’ils soient soutenus par la résistance intérieure du camp de Buchenwald mais ils ne sont pas réductibles à la seule dimension de témoignage.

 

Dessiner est une réaction personnelle, une nécessité intérieure pour maintenir un lien avec son identité : «  je suis dessinateur, peintre et non le matricule x ; je dessine et je laisse une trace de moi-même qui me survivra même si je péris. » Dessiner est une résistance spirituelle contre la déshumanisation, un moyen de survivre. On peut penser que cette activité a aussi un effet cathartique : les déportés dessinateurs ont besoin d’exprimer la peur et la douleur pour prendre une distance par rapport à la réalité.

 

Les sujets représentés

 

42Conversation dans le block 34, Boris Taslitzky (1)Les dessinateurs représentent le camp mais surtout la vie dans les blocks, les repas, les conversations, le sommeil dans les châlits, l’infirmerie, les activités des dimanches après-midi, les latrines, lieu de rencontre, mais également le travail, à la carrière de Buchenwald (Favier) par exemple, dans le tunnel de Dora (Delarbre). Des fresques ont également été peintes sur certains blocks à la demande des kapos comme à Ellrich.

Les dessins les plus nombreux sont les portraits des camarades, échange vital pour le dessinateur - pour moi, vivre c’est dessiner disait Taslitzky - et pour le sujet car son portrait était la possibilité de laisser une trace. En échange, on nous offrait une pincée de tabac, ou une cigarette, ou une poignée de main, écrivit Favier(3). Le regard de l’autre, le dessinateur, rend au dessiné son essence humaine : il n’est plus un numéro matricule, ein stück.

Le sujet dominant est donc l’homme, l’homme survivant mais aussi l’homme mort. Léon Delarbre a représenté des scènes de pendaison, Schulz des scènes de torture.

A la Libération, nombreux sont les dessinateurs qui ont représenté les tas de cadavres devant le four crématoire. Volonté de représenter les morts pour leur donner une sépulture quand les nazis, après avoir brûlé les livres, brûlaient aussi les hommes signifiant « ils n’ont jamais existé » ; volonté de rappeler que le corps était le seul lieu de la douleur, de la mémoire de cette douleur.

 

Art ? 29Portrait de Boris Taslitzky par Jefimenko (1)

 

Pour les dessinateurs, il s’agit bien de faire un dessin artistique. Ecoutons Boris Taslitzky  il ne peut pas venir à l’esprit d’un artiste normalement constitué de dire « aujourd’hui, je fais un dessin de témoignage » et puis une autre fois « je fais un dessin plus artistique ». Il parle de son regard « émerveillé »(4) lorsqu’il découvre le petit camp à son arrivée « une véritable Cour des miracles comme au Moyen-Âge »(5) en raison de la couleur et du caractère hétéroclite des vêtements (il y a des annotations de couleurs sur ces croquis comme sur ceux de Fosty, Goyard et Favier). « L’horreur peur avoir une beauté plastique »(6) ajoute-t-il comme le peintre Music, déporté à Dachau, parle de « la révélation soudaine d’une beauté tragique »(7) face aux cadavres empilés. Pour eux, le vécu est un objet de beauté qu’ils cherchent à transmettre en provoquant un choc émotionnel. 50 Le revier, Henri Pieck

 

Opposer témoignage et art n’a pas de sens. Tous les artistes sont des témoins. Rappelons-nous Goya écrivant sur un dessin de Les horreurs de la guerre « yo le he visto » (je l’ai vu) avec la différence que Goya était un témoin extérieur tandis que les dessinateurs déportés éprouvaient dans leur chair et leur esprit ce qu’ils représentaient.

 

On ne peut pas dire qu’il y a un art concentrationnaire en soi, mais qu’il y a autant de rendus des camps qu’il y a d’auteurs. Ces œuvres clandestines sont à la fois des objets matériels,  presque des reliques.

Herbert Sandberg, déporté dessinateur, se résigne à l’impuissance de l’art quant à la représentation de la déportation « gravées dans la pierre, dessinées ou écrites, les représentations données du camp ne montreront jamais qu’un minuscule fragment de  l’évènement monstrueux, elles ne seront que des exemples, que des images, des instantanés ou des échantillons de l’enfer qui s’est déroulé pendant dix ans.»

Nous nous retrouvons ici devant le sentiment éprouvé par les déportés rescapés : nul autre qu’un déporté peut comprendre ce que fut la déportation. Mais ces œuvres artistiques sont susceptibles de toucher les non-déportés pour leur faire, au moins, ressentir ce que fut un camp nazi. 35 L'appel, au fond le crématoire, Goyard (1)

Représentations plastiques, elles sont indispensables pour aborder la déportation, elles sont un cri de l’art pour «  restituer l’impossible figuration de l’horreur ».(8)

Chaque dessin ou peinture renvoie à une chose infinie, ouverte. Au-delà se trouve ce qui n’est pas montré.   Je vous laisse écouter le cri du déporté.

 

 

Hurlement 001

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

                                                  


 

 

 

 

 
Légende des photos :
1. L'arbre de Goethe, René Salme
2. Le petit camp en février 1945, Taslitzky
3. Conversation dans le bloc 34, Taslitzky
4. Portrait de Boris Taslitzky, Jefimenko
5. Le Revier, henri Pieck
6. L'appel, au fond le crématoire, Goyard
7. Le hurlement, Konieckzny

Notes :

1) L’ère du témoin, Annette Wieviorka, Hachette Littératures, Pluriel, 1998.

2) Chiffres donnés par la Dr Donja Staar, responsable du département Art, au mémorial de Buchenwald.

3) Auguste Favier, préface à Buchenwald, scènes prises sur le vif des horreurs nazies, Lyon, Imprimerie artistique en couleurs, 1946.

4) L’atelier de Boris, film de Christophe Cognet

5) ibid

6) ibid

7) Jean Clair, La barbarie ordinaire, Music à Dachau, Gallimard 2001, page 32.

8) Christophe Cognet

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy Leblanc - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Harari Isaac 07/04/2013 12:35

Voir mon comentaire (déjà envoyé, il me semble,j'évoquais un entretien passionnant avec Marie-France Reboul à la Galerie Evi Gougenheim)

Bourel Bernard 29/12/2011 09:27

correction apportée à la réaction que je viens de vous envoyer.
Oui, « chaque dessin ou peinture renvoie à une chose infinie, ouverte. Au-delà se trouve ce qui n’est pas montré », dites-vous. Mais s’y trouve aussi ce qui n’est pas montrable parce que « infini »
sans être « chose », parce que au-delà du transmissible (tant à l’émission qu’à la réception), au-delà de l’entendement. Et de même qu’il n’est pas de représentation possible de Dieu, il n’est pas
d’images qui derrière la saisie émotionnelle et presque archaïquement « essentielle » qu’elles nous permettent (nous sommes bien gauches alors de chaleureuse humanité), ne nous voilent le sans-fond
qui nous ravirait à nous-même… Cette nôtre humanité qui se déroberait sous nos pieds et, sidérés, nous ne saurions plus seulement aller, ni depuis ni vers quelqu’un ayant visage re-connaissable.
Bernard Bourel

Cathy Leblanc 29/12/2011 09:31



Merci beaucoup pour ce magnifique commentaire que je vais transmettre à Mme Reboul.


Bien à vous,


CL.



Bourel 29/12/2011 09:19

Oui, « chaque dessin ou peinture renvoie à une chose infinie, ouverte. Au-delà se trouve ce qui n’est pas montré », dites-vous. Mais s’y trouve aussi ce qui n’est pas montrable parce que « infini »
sans être « chose », parce que au-delà du transmissible (tant à l’émission qu’à la réception), au-delà de l’entendement. Et de même qu’il n’est pas de représentation possible de Dieu, il n’est pas
d’images qui derrière la saisie émotionnelle et presque archaïquement « essentielle » qu’elles nous permettent (nous sommes bien gauches alors de chaleureuse humanité), ne nous voilent le sans-fond
qui nous ravirait à nous-même… Cette nôtre humanité qui se déroberait sous nos pieds et, sidérés, nous ne saurions alors plus seulement aller, ni depuis ni vers quelqu’un ayant visage
reconnaissable. Bernard Bourel

Marie-France Reboul 31/12/2011 07:57



Sandberg, desinateur déporté l'a dit lui-même, "aucune représentation, écrite, dite, gravé ne pourra rendre compte de l'innommable". Plutôt que chose, j'ai écrit ailleurs un blanc, cela convenait
mieux sans doute. A une interview "Q'uest-ce qui est tapi derrière le tableau?" Zoran Music répondait "cette interrogation concerne le regardant pas le peintre".
Tout dans la peinture est, vous le savez, affaire de regards. Marie-France Reboul