Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 11:21

J’écoutais avant-hier France Inter et une émission qui s’insurgeait sur la manière dont une partie de la population en vient à considérer que l’autre partie « profite » de l’aide sociale. On entend effectivement souvent, maintenant les gens dénoncer l’intelligence de personnes qui savent profiter du système social. Petit à petit se monte une haine d’une partie de la population envers l’autre partie et j’ai très peur que cette haine ne s’assimile à un véritable racisme tout en donnant bonne conscience aux bien-pensants et aux bien-faisants, plongés dans une certaine forme de surdité.

Comment peut-on penser que des personnes prennent plaisir à aller manger aux Restos du Cœur ? Comment penser que des personnes prennent plaisir à devoir faire des démarches humiliantes pour recevoir quelques revenus quand elles ont pourtant des talents, des métiers, des demandes et espérances ? Quelle idée de l’altérité se fait-on en supposant qu’une telle attente puisse être celle de ces personnes ?

Mais il y a pire. On considère encore que les mendiants sont des voleurs et qu’il faut s’en méfier. On considère que ces roumains qui s’organisent comme ils le peuvent pour essayer de survivre et de se construire une existence possible sont des menaces. Même l’insigne pauvreté est stigmatisée et assimilée à de la menace.

Je ne dis pas que la pauvreté n’engendre pas la violence, mais si elle l’engendre c’est bel et bien qu’elle existe et que nous ne sommes pas capables d’y faire face. Je m’insurge contre cette indifférence qui fait que l’on puisse vivre au milieu d’un tel tableau, en faisant l’autruche et en prétendant que tout va bien ou en en appelant à la crise, responsable de tout.

Je suis allée faire une conférence à Dunkerque hier soir et avant d’arriver à l’Université du Littoral, je me suis trouvée face à face avec un grand navire du Seafrance, un navire que j’ai pris de nombreuses fois pour me rendre outre-manche.

Pourquoi manquons-nous tant de courage ? Pourquoi n’arrive-t-on pas à changer la donne ? Chacun s’accroche à ses positions par facilité, par habitude et acceptant les choses, nous finissons par faire taire en nous ce qui pourtant nous constitue et fragilisons ainsi, dans cette accommodatation,  l’humanité qui est en nous. N'est-ce pas là une forme de censure que nous lui imposons ?

Et si tel est le cas, je crains que la violence de cette censure du ne pas voir, ne pas entendre, n'endurcisse notre sensibilité là où c'est précisément la sensibilité qui nous permet de déployer dans la joie toute la générosité de notre être. 

Pourquoi le "ça" qui se dit en vient-il à pouvoir modeler une partie d'entre nous jusqu'à nous transformer en de bons petits soldats se conformant tout simplement à une norme arbitraire et privatrice d'humanité ?

J'ai parlé il y a quelque temps de l'éducation du citoyen. Plus que jamais la philosophie devient impérative car elle développe la prise de conscience. Rappelons que dans les régimes dictatoriaux, la philosophie est la première à être censurée et que la censure est la première forme de violence imposée à la liberté.

Comme le disait si bien Aristote, nous sommes des animaux qui possèdent langage et raison et la raison ne saurait s'actualiser sans le langage. Alors parlons, écrivons, et surtout éduquons !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy Leblanc - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Adriana 10/01/2012 13:09

Bonjour Cathy,

Je suis roumaine et en ce qui concerne les mendiants roms (tziganes) avec des papiers roumains je ne peux pas être d'accord avec vous. Ils profitent bien du système et leur "plaisir" est de ne pas
travailler, avec toutes les conséquences qu'il en dérive (vol inclus). Ils font la même chose chez nous et d'ailleurs en Roumanie on ne les considèrent pas comme des roumains, ils sont venus de
l'Inde et leurs habitudes ressemblent beaucoup à ceux montrés dans le film "Slumdog millionaire". Bien sur qu'on ne peut jamais généraliser, il existe une partie d'entre eux qui veut changer mais
justement que ceux qui veulent, réussissent. Et ce qui ce passe est qu'ensuite ils renient leurs origines roms pour ne pas être identifiés avec la masse de roms qui aiment bien vivre sans
travailler.

Personnellement, j'ai parlé avec une partie de ceux qui se trouvent à Lille, et j'ai trouvé quelques vrais pauvres qui veulent s'en sortir honnêtement mais aussi des gens avec maisons en Roumanie
(une pour chaque enfant), des voitures et des iPhones dans leurs poches et qui pourtant sont sur les rues pour mendier. Et d'ailleurs il serait intéressant venir en Roumanie pour regarder un peu
des palais dorés (sans blague!)que des roms on pu faire construire avec l'argent mendié en Occident. Il y a une partie d'entre eux qui font ici du trafic avec les enfants, les femmes, les caravanes
(les caravanes n'existant pas en Roumanie) et la liste peut être très longue. Heureusement que la police roumaine a commencé à travailler avec celle française à Paris, j'espère que ça va freiner un
peu le phénomène en France dont nous, les roumains, on a honte. On a honte partout à cause d'eux. Mais peut-être ils vont commencer à comprendre que l'illégalité n'est pas un choix à faire.
La vérité n'est pas dans une extrême ou dans une autre, c'est très facile à les accuser tous en masse, mais c'est facile pareil à les excuser en masse.

Oui pour l'éducation mais sans tomber dans le piège des extrêmes.
Amitié,
Adriana.

Cathy Leblanc 10/01/2012 14:41



Bonjour Adriana,


Je vous remercie pour ce commentaire et je m'explique. Naturellement, il ne faut pas être naïf mais ce qui m'interpelle, c'est la haine que l'on génère vis à vis des personnes qui sont en fait en
détresse, plutôt que d'essayer de les aider ou au moins d'avoir pitié. Il me semble problématique de pouvoir passer à côté de la misère sans même tressaillir et pire, en se disant que la misère
nous menace.


Cathy