Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 20:53

Chers amis,

Suite à la publication de mon dernier article qui visait à éclairer les jeunes qui s'intérrogent sur le sens à donner à leur existence à travers leur avenir professionnel, et donc sur cet avenir professionnel, j'ai reçu un courrier de Monsieur Karl Thir qui a participé au colloque sur le pardon que j'ai organisé en Mars dernière à Lille.

Je vous livre ce texte qui est une excellente traduction et une sélection très judicieuse de l'oeuvre de Victor Frankl. Le premier de ces extraits arrive dans le prolongement de la réflexion sur le choix professionnel. Le second texte porte plus spécifiquement sur notre responsabilité vis à vis du sens de notre existence. Je remercie très vivement Monsieur Karl Thir pour cette très pertinente contribution.

 

Extrait n° 1

L´homme n´est jamais – achevé – mais il est toujours en train de se faire, de devenir. Quant à l´homme il y a divergence entre l´être d´un côté et le pouvoir et le devoir de l´autre côté. Cette distance entre existence et essence est propre à tout être humain en tant que tel. Dans la mesure où c´est le sens de l´être humain de réduire cette divergence, de diminuer cette distance – en un mot : de rapprocher l´existence à l´essence il faut bien remarquer un fait : le fait qu´il n´est jamais question de « l´ » essence, par exemple de l´essence « de l´ » homme que l´homme devrait réaliser, représenter, mais que c´est, au contraire, de sa propre essence qu'il s'agit ; ce dont il est question, c´est la réalisation des valeurs qui est réservée à chaque individu.

La devise « deviens qui tu es » ne signifie pas seulement : Deviens qui tu peux et dois être – mais aussi : deviens celui qud seul toi peux et dois être. Il ne s´agit pas seulement d´être un homme, mais aussi d´être moi-même.

Si le sens de la vie consiste dans le fait que l´homme réalise uniquement sa propre essence, il va de soi que le sens de l´existence ne peut être que concret ; il est valable seulement ad personam – et ad situationem (car ce n´est pas seulement à chaque personne mais aussi à chaque situation personnelle que correspond son accomplissement de sens respectif).

La question du sens de la vie, on ne peut la poser que concrètement, et n´y répondre qu´activement : répondre aux « questions de la vie » signifie de toute façon en répondre, effectuer les réponses. (Viktor Frankl, Der leidende Mensch / L´homme souffrant)

 

Extrait n°2

Viktor Frankl (1905-1997), disciple des pères de la psychologie des profondeurs autrichiens Sigmund Freud et Alfred Adler, a forgé, sous l´influence de l´anthropologie philosophique de Max Scheler, dès 1927 sa propre psychothérapie, la logothérapie (thérapie à l´aide du « lógos » = sens [ancien grec]). Selon Frankl la motivation fondamentale de l´homme n´est ni la « volonté de plaisir » (qu´il attribue à la psychanalyse) ni la « volonté de pouvoir » (concept de l´analyse individuelle) mais la « volonté de sens ». En tant que « personne spirituelle » ou « personne noétique » l´homme dépasse la facticité de la dimension psycho-physique et peut être caractérisé par le terme « existence ». Comme existence, la personne est libre de choisir ses actes et par ses actes son avenir personnel - sur ce point, Frankl est d´ accord avec M. Heidegger et K. Jaspers qu´il a aussi rencontrés personnellement. Mais la personne est aussi responsable : responsable des possibilités de sens qui attendent que la personne les découvre et réalise. L´existence est donc ouverte sur le « logos », le sens. Mais ni l´homme ni le thérapeute ne peuvent inventer n´importe quelle signification, c´est seule la conscience morale qui peut intuitivement saisir le sens particulier – le sens d´une personne concrète dans une situation concrète qui varie de jour en jour et d´heure en heure. Le rôle de la logothérapie n´est pas de décider autoritairement du sens ou du non-sens d´une situation et de la valeur ou de la non-valeur d´une action, mais il consiste à encourager l´homme à se rendre compte de sa liberté et de sa responsabilité. Ainsi l´homme ayant trouvé un sens à sa vie peut mieux affronter les épreuves du destin, expérience que Frankl lui-même a faite dans les tourments de quatre camps de concentration (de 1942 à 1945).

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy Leblanc - dans philosophie
commenter cet article

commentaires