Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 22:42

Ce mercredi 13 janvier 2010, j'avais rendez-vous avec Daniel Simon et Chantal, respectivement le Président de l'Association des Anciens Déportés de Mauthausen et la personne qui se charge de la communication. Il est question d'organiser le prochain congrès de l'Association à Lille et de proposer l' exposition de plusieurs séries de clichés qui ont été pris dans les camps.

            Là encore, je découvre ce dont l'être humain a été capable et parfois je me demande si la barbarie n'est pas tout simplement de la folie. Aujourd'hui un étudiant a assassiné une secrétaire à Perpignan. Cela a-t-il du sens ? Doit-on finalement en chercher ? Le sens semble se démultiplier dans le contexte de la barbarie et je n'avais pas conscience, quand je parlais de la démesure, de cet aspect-là de la démultiplication. Mais l'étendue est telle qu'elle échappe à toute prise rationnelle, un peu comme si, au fond, on ne pouvait pas saisir : tenir là, dans le creux de sa main, cette amplitude remplie de néant et vidée de tout. Un rien shakespearien, le rien éprouvé par Hamlet contemplant tel Pythagore assistant au spectacle du monde, l'arène en train de se déchirer.

            Quel espace, quelle forme. Et pourtant au beau milieu de cet informe se trouve l'immense beauté des gestes du peu et de l'infortune. Immense est peu dire, faut-il lui préférer infini ?

            Daniel me montre l'ouvrage qui contient ces photos, une multitude, une démultiplication de photos nazies représentant le bon ordre qui règne dans les camps, représentant les beaux officiers tirés à quatre épingles et se faisant tirer eux-aussi le portrait, mais représentant surtout l'infâme misère : là, un tas de cadavres, comme on dirait un tas de pommes-de-terre, jonché là. A côté, un homme portant ce costume rayé si caractéristique, un bloc de papier et un crayon à la main. Il scrute attentivement un point dans ce tas de chair morte et si l'on regarde bien, on se rend compte qu'il s'agit du visage d'une femme. Au dessus de l'épaule de cet homme se tient un autre homme qui regarde ce qui apparaît sur la feuille de papier avec l'esquisse d'un sourire. Que se passe-t-il ? Le premier est artiste et fait l'ébauche du visage de cette femme dont il ouvrira les yeux comme pour lui rendre la vie. Le second, dans l'abîme sis entre l'horreur et la beauté du geste esthétique, se trouve humainement dans une situation d'émerveillement. Le peintre redonne la vie.

            J'avouerai que c'est la première fois que je ressens cette puissance du geste esthétique qui apparaît quelque peu comme un acte de langage. Il change la réalité qu'il nomme et qu'il déforme un peu. Il la fait passer du côté de la vie. Geste de résistance par excellence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy Leblanc - dans philosophie
commenter cet article

commentaires