Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 10:48

Bien que la philosophie, dès ses origines, s’applique à elle-même les leçons de la vie, nous ne nous trouvons pas du tout dans le même domaine que dans les sciences occultes. Le penseur de l’origine essaie de comprendre le monde dans lequel il vit et d’élaborer des récits probables correspondant à la réalité perçue de ce monde.

Même si, dès ses débuts, la philosophie n’est pas tout à fait affranchie de certaines pratiques religieuses, elle ne pratique pas les formules d’incantation. Ces formules sont le fait d’une croyance en un rapport de cause à effet : c’est parce que je vais dire des formules magiques, que, par exemple, les états du ciel me seront bénéfiques. Si je suis paysan, les dieux pourront m’écouter et faire pleuvoir.

Dans un ouvrage intitulé Penser la Bible, Paul Ricoeur spécifie que même la prière n’a pas pour objectif d’accorder un état du monde aux souhaits formulés par le croyant.

Les sciences occultes, qui peuvent être associées à une forme religieuse très particulière, n’ont pas, comme leur nom l’indique, pour vocation d’éclairer leur adepte. Elles s’appuient souvent sur des rituels par lesquels on croit que le monde va se transformer selon le vœu que l’on prononce.

Je ne suis pas spécialiste de la branche de l’anthropologie qui réfléchit sur les sciences occultes, mais ce que je peux vous répondre c’est que j’ai eu l’occasion d’aller à un congrès à La Nouvelle Orléans et que mon hôtel se situait dans le quartier français où il y avait toutes sortes de petites boutiques vendant des objets pour pratiquer le vaudou. Par curiosité, je suis entrée dans l’une de ces boutiques en en ressortant très vite tellement j’ai été horrifiée de constater à quel point la haine peut habiter le cœur des hommes. Dans cette boutique, il y avait des poupées, avec des jeux d’épingles que l’on enfonce dans le corps de la poupée que l’on identifie à une personne que l’on souhaite voir souffrir. Il y avait aussi des poupées de femmes enceintes. Le processus est le même : on utilise des aiguilles pour leur souhaiter malchance et souffrance. Il y avait beaucoup d’autres choses. Pour aller plus loin dans la haine et le souhait de haine, on pouvait aussi payer des « spécialistes » capables de jouer à votre place de ces petites aiguilles.

Voilà un monde très sombre et foncièrement à l’opposé de la réflexion philosophique qui vise pour celui qui la pratique à toujours mieux comprendre le monde dans lequel il se trouve et à manifester toujours mieux la bienveillance résultant de la réflexion. Cette pratique de la philosophie ne peut qu’être bénéfique et elle est sans risque pour celui qui s’y adonne. Au contraire des sciences occultes, je dirai qu’elle apporte beaucoup de bonheur et de force d’âme, une joie profonde et indéfectible. Cette joie est peut-être le résultat du sentiment de liberté et de hauteur que provoque la réflexion (cf. Pierre Hadot, N'oublie pas de vivre : Goethe ou la pratique des exercices spirituels). Il serait intéressant d'y réfléchir. La culture de la haine, quant à elle emprisonne la personne et l'empêche de jouir de la richesse du monde. La pratique des sciences occultes n’est pas non plus sans risque, surtout quand on consulte, pour de l’argent des personnes peu recommandables et spécialistes de la haine.

Il est surprenant que ces pratiques ancestrales, issues de croyances ancestrales puissent perdurer dans notre société. Elles montrent que nous avons encore bien du travail pour éduquer les esprits et surtout pour empêcher la barbarie.

J'espère à travers cette petite réflexion vous avoir montré la différence fondamentale qui sépare la philosophie des sciences occultes. Je terminerai en disant que la personne qui se livre à de sombres pratiques ne fera pas changer le monde par la magie. Si une chose peut changer toutefois, c'est elle-même parce qu'elle cultive de mauvaises pensées. Quant à l'argent dépensé dans de telles choses il ne fera pas fructifier la joie et pourra entraîner des ennuis. Par contre, je pense foncièrement que l'argent que l'on peut verser à des associations humanitaires ou aux personnes en difficulté  peut lui non seulement répondre à un besoin vital mais aussi, par voie de conséquence nous procurer le plaisir d'avoir pu aider. C'est précieux, il me semble, surtout dans une société où la pauvreté ne cesse de croître et c'est une autre façon de transformer le monde tout en s'octroyant à soi-même la joie que suscitent en chacun la générosité et le partage.

"Cultive ton jardin" disait Voltaire.  Le jardin, c'était l'école d'Epicure, au même titre que l'Académie était celle de Platon et le Lycée, celle d'Aristote.

Je reste à votre disposition pour toute question.

Cathy Leblanc

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cathy Leblanc - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Jean-Yves TARTRAIS 28/09/2013 17:50

Madame, J'ai lu avec intérêt votre article qui met les choses au point sur les prétendues sciences occultes dont la racine est dans les passions tristes comme disaient Spinoza et Deleuze. Ces
passions tristes se traduisent en désir, en souhait de maîtrise et il n'est pas indifférent qu'il y soit question de mort d'autrui, d'argent, et de sexe. De bon esprits, comme Ricoeur et aussi
Lévinas ont bien dit l'abime qui sépare la religion de la magie. Cela étant, je me permets de vous dire mon désaccord (ou ma distance)relativement à la valeur humaniste de la philosophie que vous
énoncez. Ce n'est pas assuré, loin s'en faut, et bien des philosophes de première grandeur, Heidegger en particulier, n'ont pas vu en la philosophie une activité pacifiante et animée par de bons
sentiments. Mais ce désaccord n'enlève rien à l'intérêt que j'ai pris à vous lire. Bien cordialement. JY Tartrais

Cathy Leblanc 29/09/2013 13:56



Cher Monsieur,


Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à mon blog et pour les précisions que vous apportez concernant la racine de ces pratiques obscures, voire criminelles. Je pense en effet, que nous
ne partageons pas le même point de vue sur la valeur pacifiante de la philosophie et peut-être surtout sur Heidegger, auteur sur lequel j'ai fait ma thèse, consultant pendant près de dix ans les
archives et lieux qu'il avait fréquentés. J'aimerais à cette occasion dire que je ne partage pas, loin s'en faut, les thèses de Monsieur Faye. S'il souffre d'être enfant ou petit-enfant de
déporté, cela ne cautionne pas pour autant ses interprétations. Je redirai ici qu'en 1934 Heidegger démissionne de ses fonctions de recteur et que la philosophie du second Heidegger travaille sur
le rapport poétique au monde et qu'elle aboutit à une perception nouvellement refondée sur une redécouverte de la sensibilité au monde et à la nature. Je pense aussi que son analyse des
catégories de l'existence peut nous permettre de prendre conscience des faits fondamentaux qui nous attachent au monde, ce qu'a compris le psychiatre autrichien Viktor Frankl, ami et admirateur
de Heidegger. Pardonnez-moi cette divergence de vue.


Je pourrai aussi d'ici quelques temps vous parler de la philosophie arabe (al falsafa arabia) qui voit la philosophie comme thérapie...


Bien cordialement, Cathy Leblanc