Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 09:23

 

Compte-rendu

 

Le mercredi 25 novembre eut lieu à la Faculté de Théologie de l'Université Catholique de Lille, une après-midi de réflexion sur la violation des Droits de l'Homme en Bosnie de l'Est. Tout au long de la conférence dont le titre était "Ecrire la terre : la géographie du génocide en Bosnie de l'Est", puis pendant le film, ce sont les modes opératoires de cette violation qui ont été mis en lumière.

Il s'est agit principalement d'une distorsion de la vérité géographique. L'assaillant serbe prend possession du terrain : le terrain public, le terrain et les propriétés privés mais il prend aussi possession des corps dont il dispose à loisir soit en les vouant à l'extermination par balle, soit, pour le cas des femmes bosniaques, en leur imposant des grossesses destinées à perpétuer la race serbe, dans des camps prévus à cet effet.

Après le conflit, les traces de cette violence insoutenable restent présentes et le travail de restauration qui débute alors est tout également un travail de réflexion sur ce qui constitue un peuple en sa dignité. Que faut-il rendre pour que l'homme violé en ses droits, meurtri en sa chair, cet homme qui a vu toute sa famille exterminée sous ses yeux retrouve une possibilité d'être ? Que faut-il faire pour que l'ensemble que constituent ces hommes retrouve sa cohésion et sa cohérence ? Comment faut-il considérer la question de l'identité des enfants des viols raciaux ? L'identification des ossements retrouvés épars dans de multiples charniers est-elle la meilleure façon de permettre aux familles de faire leur deuil ? Ces questions sont d'une extrême importance pour trois raisons :

a) Tout d'abord c'est encore tout un peuple qui est en souffrance et qui a besoin d'aide, de beaucoup d'aide d'autant que ce peuple ne jouit pas encore complètement des accords de Dayton qui sont eux aussi violés : en témoignent les panneaux indicateurs qui ne portent que l'écriture cyrillique et non la signalisation bilingue comme cela avait été prévu par ces accords.

b) Ensuite, si nous avons là un exemple parmi d'autre de barbarie, un exemple en grand, ce qui se passe en petit dans nos sociétés se trouve éclairé par une exigence nouvelle.

c) Finalement, ces questions ressortent de notre capacité à les poser, de notre capacité à être dérangé par l'injustice, de notre capacité à apporter notre aide, notre solidarité à ce qui souffrent dans une indifférence consternante.

Nous remercions David Pettigrew, Professeur à la Southern Connecticut University de nous avoir exposé son analyse de la question de la violation des droits en Bosnie de l'Est à l'aune d'un fil directeur : celui de l'écriture de la géographie. Le philosophe prêta main forte au réalisateur (son fils) pour nous présenter un film dont les images ne doivent pas faire oublier qu'elles ont été tournées à deux heures d'avion de chez nous. Nous remercions et félicitons Jonah Quickmire Pettigrew, metteur en scène diplômé de la Tisch School de New York et pour cause ! Merci également à Dominique Durand, sociologue et Président de l'Association Française Buchenwald-Dora et Kommandos d'être venu éclairer le débat de questions cruciales.

                                                                                    Cathy Leblanc

Pour toute information et si vous souhaitez lire le texte de la conférence, merci de nous contacter à cathy.leblanc2@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires