Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 22:23

On se croirait dans un scenario de science-fiction : un mystérieux virus est en train de s’en prendre à toute la planète. Inconnu. Des origines supposées. On sait que les chauves-souris le véhiculent, qu’il se trouve chez les animaux. On sait que la recherche n'a pas reçu les crédits suffisant au moment où elle insistait sur la nécessité de creuser la question des coronavirus. On sait que le dérèglement climatique contribue à le propager. Les équilibres sont en train de céder.

Des pays entiers se retrouvent confinés. Les gens ont peur. Les chefs d’état leur demandent de ne plus se toucher, de ne plus s’embrasser, de ne plus se rassembler, de ne plus aller au travail, de ne plus aller au restaurant ni dans les magasins, hors-mis les magasins de première nécessité. C’est toute la vie sociale qui se dissout.

Petit à petit le monde s’endort et se met complètement en état d’hibernation après avoir vécu de plus en plus rapidement, consommé de plus en plus depuis la révolution industrielle. Le modèle de la consommation à outrance est stoppé net par la pandémie et l’on observe la naissance d’un mode de vie différent.

En Chine, dans les grandes villes, les habitants s’étonnent de se voir. La pollution disparaît. Petit à petit les rues se vident de voiture. Paris prend des aspects de mois d’Août. On verra bientôt les étoiles dans le ciel.

Et ce que l’on ne pouvait réaliser malgré les conseils des écologistes, on le réalise, contraints et forcés sous peine de tomber gravement malade ou d’en contaminer d’autres.

Nous allons donc devoir nous habituer à réduire notre consommation, à devoir faire autre chose qu’à visiter les magasins pour nos heures de loisir, à inventer des modèles de travail grâce aux outils virtuels. Que pouvons-nous attendre de ces nouvelles habitudes ?

Elles me font penser au repos dans lequel on est plongé lorsqu’en Allemagne, à la venue de la Toussaint ou des grandes fêtes religieuses : tous les magasins se ferment pendant plusieurs jours et les gens se promènent au grand air, on trouve à s’occuper de façon patiente et paisible. Le rassemblement familial et amical est alors en œuvre.

Nous allons devoir renforcer notre intériorité, peut-être cela nous conduira-t-il à acquérir de la patience et un peu plus de sagesse. Peut-être retrouvera-t-on le bonheur des choses simples faute de profusion.

Nous allons aussi, et cela fait partie de la nature humaine, être conduits à veiller sur les autres plus que nous ne le faisions.

Mais il faudra aussi faire très attention quant aux prescriptions d’évitement et rester attentif à ce qu’elles ne conduisent pas les uns à se séparer des autres et à renforcer un repli sur soi. Que l’évitement spatial ne soit pas un évitement affectif ou humain.

C'est tout un mode de vie qui va devoir changer, et que nous aurons soin d'observer.

Cathy Leblanc.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 09:02

Mesdames, Messieurs,

L'Université catholique de Lille annule ce colloque pour des raisons sanitaires. 

Certains d'entre vous m'ont précisé qu'il était loin du seuil des 1000 personnes. En effet, on est généralement entre 60 et 80. Mais l'Université catholique préfère prendre des mesures supplémentaires de protection en raison du caractère international de la manifestation (un conférencier venant du nord des USA, une conférencière irlandaise et un conférencier roumain).

Aux mêmes dates vous pourrez vous rendre, en remplacement aux journées sur l'Orientalisme organisées à l'Université catholique de Lille.

LE COLLOQUE EST REPORTE DU 11 AU 13 juin 2020.

Je suis en train de contacter les différents conférenciers pour réorganiser le programme que je diffuse dès que possible.

Merci de votre compréhension

Cathy Leblanc

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 19:10

Colloque international interdisciplinaire

Du 19 au 21 mars 2020

                La question de la Déportation constitue une base de réflexion fondamentale sur l’humanité de l’Homme. Elle propose d’explorer ce de quoi l’homme est capable tant en ce qui concerne sa capacité de survie au traumatisme, à la torture, à la déshumanisation, qu’en ce qui concerne sa capacité de produire le mal radical.

                A travers des thématiques comme celle du pardon, celle de la fraternité, du corps, de l’écriture, de la religion, mais aussi celle de la loi, nous avons pu comprendre, les années précédentes, comment chacun de ces concepts était mis en œuvre : la fraternité pour résister à l’extrême difficulté de survie dans un camp de la mort, la question de la loi pour mettre en œuvre un génocide légal, par exemple.

                Comment alors concevoir l’humanité de l’Homme ? Comment se représenter la réduction de l’humanité à laquelle est réduite le déporté ? Quels sont les ressorts qui lui permettent de survivre au pire, pour vivre ad vitam eternam avec un traumatisme sévère ? Le déporté est marqué à jamais : par son tatouage quand il en a eu un, par son matricule qu’il connait par cœur en allemand (langue officielle des camps), par les peurs ou psychoses qu’il a contractées.

                Ceci pose également et nécessairement la question du bourreau, du système qui permet de mettre en place l’inhumain comme politique générale et de statuer sur une vision totalitaire d’une humanité voulue et choisie. Quelle était la vision nazie de l’humanité ? C’est une question à laquelle s’est attaquée Johann Chapoutot mais aussi Tzvetan Todorov auquel nous souhaitons rendre hommage pour ce 75ème anniversaire de la libération des camps en compagnie de Jacques Demorgon. Ils nous montrent les ressorts d’un système déshumanisant à l’extrême.

                 Tout d’abord, nous souhaitons redire que c’est légalement que la sélection des hommes et des femmes, des enfants et des vieillards, a eu lieu et souhaitons interroger de nouveau le type d’humanité qui se cache derrière des lois meurtrières.

           L’humanité commence par l’enfance et nous pourrons, dans le colloque rassembler des éléments pour comprendre les enfants dans les camps, les enfants cachés, les enfants de déportés, d’une part et l’enfance dans les écoles hitlériennes, l’enfance des futurs bourreaux, le moment de la vie où au lieu de construire, on détruit l’humanité. Cela nous permettra de comprendre avec quelle détermination les victimes ont été réduites au rang d’éléments indésirables.

                L’humanité concerne également les femmes et nous voyons de part et d’autre de la ligne morale, des femmes rasées, des femmes affamées, des femmes assassinées, des femmes qui accouchent dans des camps (Ravensbrück).

                Ce colloque est ouvert : il s’agit d’une étude sur la Déportation mais comme archétype du mal et nous souhaitons qu’il puisse être utile, comme les colloques précédents pour comprendre les violences contemporaines proches ou présentes (Rwanda, guerres civiles, terrorisme…) et permettre de travailler à la paix grâce à la compréhension et à l’étude. A cet égard, nous pourrons écouter le témoignage d’Antoinette Montaigne, ancienne ministre de la réconciliation en Centrafrique.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2019 2 08 /10 /octobre /2019 20:52

 

 

Colloque

« Olivier Clément, un homme dans l’histoire »

Montpellier, Université Paul Valéry

18 et 19 octobre 2019

Lieu :               Site Saint Charles 1

                         salle des colloques 2

                         rue du Professeur Henri serre

                         34000 Montpellier.  

Programme

Vendredi 18 octobre

14h : Introduction par Franck Damour et Michel Fourcade 

14h30 : Jean Gueit, « Olivier Clément, un itinéraire »

(Jean Gueit, théologien, Aix-en-Provence)

15h30 : Antoine Arjakovsky, « O. Clément et le kaléidoscope orthodoxe »

(Antoine Arjakovsky, historien, directeur de recherches au Collège des Bernardins, Paris)

Pause

17h00 : Jean-François Petit, « Olivier Clément, interprète de Berdiaev »

(Jean-François Petit, théologien, philosophe, Institut Catholique de Paris)

18h00 : François Euvé, « L’homme dans le cosmos selon O. Clément »

(François Euvé, théologien, rédacteur en chef de la revue Etudes, professeur au Centre Sèvres, Paris)

 

Samedi 19 octobre 

9h00 : Andrea Riccardi, « Les Dialogues avec le patriarche Athénagoras » 

(Andrea Riccardi, historien, président de l’association internationale San’t Egidio, Rome)

10h00 : Cathy Leblanc, « Résistance et écriture de soi »

(Cathy Leblanc, philosophe et linguiste, Université catholique de Lille)

11h00 : Michel Fourcade, « Olivier Clément et les intellectuels français »

(Michel Fourcade, historien, professeur à l’Université Paul Valéry, Montpellier)

Organisateurs :

Michel Fourcade, Maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine, Université Paul-Valéry Montpellier 3

Contact : mfourcade@9online.fr

Franck Damour, Professeur associé, Université catholique de Lille

Contact : Franck.Damour@univ-catholille.fr

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2019 3 03 /07 /juillet /2019 19:22
De gauche à droite : Jean-François PETIT (professeur de philosophie à l'ICP), Antoinette Montaigne (ancienne ministre de la réconciliation de Centrafrique, Cathy Leblanc (professeur de philosophie à l'ICL), le Cardinal Nzapalainga de Bangui

De gauche à droite : Jean-François PETIT (professeur de philosophie à l'ICP), Antoinette Montaigne (ancienne ministre de la réconciliation de Centrafrique, Cathy Leblanc (professeur de philosophie à l'ICL), le Cardinal Nzapalainga de Bangui

Ce weekend eut lieu une rencontre informelle qui a permis de discuter des violences contemporaine en Afrique. Spécialiste de la région et de l'interculturel, Jean-François Petit s'attache à comprendre le jeu des forces en conflit, tandis que le Cardinal explique les problèmes de Centrafrique. Antoinette Montaigne, ancienne ministre de la réconciliation de Centrafrique souligne la question des enfants-soldats. Cathy Leblanc pose la question de l'applicabilité des recherches sur la barbarie nazie dans d'autres contextes. La francophonie rend les échanges possibles et ouvre sur la possibilité non seulement de soutiens universitaires venus ici de Paris et de Lille, mais aussi de réflexions permettant de comprendre davantage comment l'on devient bourreau ou comment la violence peut être enrayée. 

Cathy Leblanc

Partager cet article
Repost0
12 mai 2019 7 12 /05 /mai /2019 17:44

COLLOQUE INTERNATIONAL INTERDISCIPLINAIRE A BUCAREST

Le Centre Saint Pierre Saint André, l'Académie catholique du Val de Seine, 

vous invitent à un colloque qui aura lieu les 17 mai à partir de 17.00 et 18 mai jusque

14.30 sur le thème :

THEOLOGIE ET PHILOSOPHIE, ENTRE ORIENT ET OCCIDENT

 

Vineri, 17 mai 2019:

17.00: deschiderea lucrărilor – Iulian Dancă şi Lucian Dîncă : Importanța studiilor astăzi pentru formarea tinerei generații
17.15: Miruna Tătaru-Cazaban – Facultatea de Științe Politice, Universitatea București şi Bogdan Tătaru-Cazaban – Institutul de Istorie a Religiilor – Academia Română : Le sens de l’homme, entre divisions et médiations. Philosophie et théologie chez saint Maxime le Confesseur (Sensul omului, între diviziuni și mediații. Filosofie și Teologie la sfântul Maxim Mărturisitorul)
17.45: Jean-François Petit – Facultatea de Filosofie, Institutul Catolic din Paris, Fondatorul Academiei Catolice Val de Seine : Nicolas Berdiaev entre l’Orient et l’Occident (Nicolas Berdiaev între Orient şi Occident)
18.15: Ana Petrache – Cercetător la Institute for Research in the Humanities, IRH – ICUB, Universitatea din București : Promisiunea eshatologică în discursul filosofic
18.45: Nicolas Guerin – Preot al Arhiepiscopiei de Paris: La réception œcuménique du document „Baptême, Eucharistie, Ministères” (Receptarea ecumenică a documentului „Botez, Euharistie, Hirotonire”)
19.15: Alexandru Tofan – Facultatea de Filosofie, Universitatea A.I. Cuza Iași : O nouă filosofie creștină: fenomenologia lui Michel Henry

Sâmbătă, 18 mai 2019:
09.00: primire cu sucuri, cafea, ceai și biscuiți
09.30: Vincent Laquais – Facultatea de Filosofie, Institutul Catolic din Paris, Membru al Academiei Catolice Val de Seine : Les fondements du dialogue: Paul Ricœur (Fundamentele dialogului : Paul Ricœur)
10.00: Cristian Bălănean – Doctor în teologie fundamentală și filosofie, avocat la Judecătoria ecleziastică – Episcopia greco-catolică de Oradea : Arta de a învăța și raportul noii generații cu cartea
10.30: pauză în bibliotecă – cafea, ceai, sucuri, biscuiți. Prezentarea bibliotecii Centrul Sfinții Petru și Andrei. Film documentar despre biblioteca IFEB aflată la Institutul Catolic din Paris
11.15: Olivier Rota – Institut d’Etude des Faits Religieux, Universitatea din Artois : Le dialogue de Maritain avec les Juifs (Dialogul lui Maritain cu evreii)
12.15: Laurențiu Moț – Institutul Teologic Adventist de la Cernica : Învățare și dezvățare în educația teologică
12h45 : Cathy LeBlanc – Institut catholique de Lille : Le Transport poétique chez Heidegger (Transportarea poetică la Heidegger)
13.15: Concluziile simpozionului
13.30: pizza și agapă frățească

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 19:23

Langue et parole à l’épreuve de la Déportation

ou Ce que produit le discours du Droit : du risque à la vulnérabilité

Du 14 au 16 mars 2019

à l'Université catholique de Lille - Faculté de théologie - salle 247

En s’appuyant sur une stratégie communicationnelle très spécifique, le régime de l’extrême droite nazie a réussi à triompher démocratiquement en Allemagne en 1933. Cette stratégie communicationnelle est fondée sur une ontologie redoutable reposant sur un système binaire : il y a dans le monde les hommes dont la vie vaut la peine d’être vécue et de l’autre les « nuisibles », ceux dont la vie ne vaut pas la peine d’être vécue (lebensunwertes Leben). Ils sont assimilés soit à des insectes, soit à des numéros, notamment. Ce régime n’hésite pas à placarder des formules d’une rare violence comme « die Juden sind unser Unglück » ou à qualifier des peuples comme les Tsiganes de « fainéants ». On propose en contraste, une image du peuple allemand composé d’hommes forts et sveltes qui arborent toutes les vertus : en témoigne le film réalisé par Leni von Riefenstahl pour les jeux olympiques de Berlin.

                Le langage permettant la destruction humaine se vide de toute émotion. Ainsi en va-t-il des codes des programmes de destruction (Aktion T4, Aktion 14f13). Il devient le langage à la fois le langage de l’efficience et celui de l’hygiénisme. Dans le procès de Eichmann le procureur fait référence au bureau 4B4. Derrière le code, se trouve la responsabilité du département des affaires juives du service de répression. Des termes comme "nettoyages" sont utilisés pour justifier les crimes de masse.

                Ce langage apparaît très tôt dans les procédures d’extermination qui eurent lieu au XXème siècle. On pense au génocide des Héréros et des Namas en 1904, en Afrique du sud.

                Outre les études qui ont été faites de ce langage vidé d’humanité et essentiellement fonctionnaliste, telle celle de Klemperer, se trouve celle de Kafka, qui pressentait la montée d’un hyper-autoritarisme administratif et juridique.

                A coté de ce langage d’un pouvoir destructeur, se trouve celui de la victime déshumanisée pour un temps. Dans un ouvrage intitulé Bourreaux et Victimes, psychologie de la torture, Paris, Odile Jacob, 1999, Françoise Sironi met face à face bourreau et victime et explique que pour pouvoir espérer soulager ou simplement comprendre la victime, il faut connaître l’intention du bourreau. Plus largement, notre orientation dans ce colloque sera de mettre en vis-à-vis, le langage de l’administration nazie, sa sémantique et le langage des déportés, fait à la fois de récits d’une vie fragmentée ou éclatée, mais aussi de formules ou ressources langagières relatives à la quotidienneté du camp. Nous ne laisserons pas de côté la part d’indicible ni les maladies du langage comme l’aphasie.

 

BULLETIN D'INSCRIPTION :

NOM :____________________________________________

PRENOM :________________________________________

 Mail :_____________________________________________

Adresse postale :___________________________________

_________________________________________________ 

 Tél.(obligatoire)_____________________

             
 

Inscription : 25 euros      x 

jeudi midi : 20 euros       x

vendredi midi : 20 euros x

TOTAL :

 

Merci de libeller votre règlement à l'ordre de l'Institut catholique de Lille et de l'envoyer à

Institut catholique de Lille

l'attention de Cathy Leblanc, Faculté de Théologie

60 Bd Vauban

CS40109 - 59016 Lille Cédex

 

PROGRAMME

 

  1. Survivre dans les camps

 

Charles Coutel (IEFR),

Sur un épisode de Si c’est un homme de Primo Levi

 

Dominique Durand (Association des Anciens déportés de Buchenwald),

Comprendre l’allemand des camps, élaborer une langue commune: le langage des déportés.

 

Mary Honan (Dublin City University),

Shoah Childhood, Deportation, and the creative language of universality and of protection

 

Adrien Louandre (Université de Picardie),

Exprimer la foi chrétienne dans les camps

 

 

  1. Des mots pour la mort

Hans Boetcher (Tribunal d’Instance de Lubec),

De la loi à la reconstitution de la fonction publique (Gesetz zur Wiederherstellung des Berufsbeamtentums) du 7 avril 1933 - épuration (!) de la fonction publique, prélude aux lois de Nuremberg du 7 septembre 1935

 

Odile Louage (AFMD-DT59),

Les arguments de la propagande

 

Monique Heddebaut (Education Nationale),

Approche du langage administratif du IIIème Reich

 

Denis Salas (AFHJ, ENM), La Langue de l’arbitraire

 

Sylvie Humbert (Université catholique de Lille, AFHJ),

"Le juste discours du droit (des mots pour le dire, des mots pour le faire) générateur de risques injustes : l'exemple des génocides et la vulnérabilité des peuples".

 

 

  1. La Parole traumatique

Renato Boccali (Université Libre des Langue et communication, Milan).,

Aphasie et murmure du silence : la parole en exile du témoin 

 

Serge Raymond (FMD),

Le Langage des sous-vivants, le retour des camps et la question de la reconnaissance

           

Karl Thir

La Logothérapie : une parole salutaire basée sur le sens

 

  1. Considérations contemporaines

Isabelle de Menequem (Université de Reims),

Montaigne et l’antisémitisme contemporain

 

Cathy Leblanc (Université catholique de Lille),

« La Leçon »

 

Pol Vandevelde (Université Marquette de Milwaukee, USA),

La parole comme reconnaissance de la vulnérabilité

 

Christophe Perrin (Université de Louvain-la-Neuve),

Retour de Babel ou l’humanité au bout de la langue

 

 

  1. Le Silence pour répondre

Pierre Outteryck (Université de Lille),

Le Silence : nécessité et choix

 

Olivier Rota (IEFR),

Élie Wiesel, des silences pour dire la Shoah.

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 21:24

COLLOQUE INTERNATIONAL INTERDISCIPLINAIRE

 

 

 

La Condition des nomades

De l’internement à la question de l’hospitalité

 

Les 24 et 25 mai 2018

A l’Université catholique de l’Ouest (Angers)

 

Amphi Saint Anselme

Faculté de Théologie et Sciences Religieuses

 

Inscription gratuite mais obligatoire auprès de : colloquenomades@uco.fr

ou fred.pochet@uco.fr

Renseignement : 02.41.81.66.22

 

 

Le 29 octobre 2016, le Président de la République rendait, à Montreuil-Bellay, un hommage national devant les familles, descendants et associations des gens du voyage internés de force de 1940 à 1946. « La France se souvient d’un drame terrible qui a été ignoré, oublié, refoulé pendant trop longtemps qu’il est nécessaire d’évoquer pour réparer une injustice » déclara-t-il notamment.

                Un an après, ce colloque international et interdisciplinaire, dirigé par trois philosophes d’universités différentes (Cathy Leblanc, ICL, Jean-François Petit, ICP, Fred Poché, UCO), entend montrer les logiques conduisant à l’internement puis à la déportation de nombreux nomades à travers toute l’Europe. Il s’inscrit dans un programme de recherche mené par une équipe internationale de scientifiques et spécialistes du terrain ayant questionné le pardon (2011), la fraternité (2014), le corps (2015), l’écriture de soi (2016), la résistance spirituelle (2017) dans les camps de déportation, mais aussi la Loi et l’appareil judiciaire menant à des lois criminelles permettant la déportation en toute légalité (mars 2018).

La réalité de l’internement des nomades et de leur déportation est encore aujourd’hui largement méconnue. Elle reste à explorer scientifiquement.

A partir de la loi de 1912, les gens du voyage – qu’ils soient citoyens français ou étrangers – ont été fichés, surveillés, astreints à résidence. Puis, leur internement et leur déportation progressive pendant la Seconde Guerre Mondiale conduisant à plus de 500 000 morts.

Quelles logiques ont conduit à travers toute l’Europe à cette relégation, cette exclusion puis cette extermination ? La France, qui disposait pourtant de solides atouts (une tradition humaniste, un droit du sol, un principe d’égalité, une volonté d’intégration…) a cependant cédé aux pires sentiments et mis en place, sur des peurs venues du fond des âges et des justifications racialistes, des dispositifs discriminatoires conduisant aux reniements des idéaux républicains et un basculement dans l’horreur. Il s’agira de comprendre comment des populations ont pu être humiliées, stigmatisées, exclues, du seul fait de ce qu’elles étaient, de leur mode de vie et leur dangerosité supposée.

De même, il faudra analyser comment une situation de crise comme celle de la Seconde Guerre Mondiale a pu non seulement générer des dispositifs disciplinaires, impliquant une iniquité des lois, un arbitraire des modalités de leur application, un manque des moyens des administrations en charge, une absence de cohérence entre instances régulatrices, une criminalisation des attitudes se soldant par une véritable abdication de la conscience morale et, dans l’après-guerre, à un refoulement dans la honte et le traumatisme, en difficulté pour faire valoir des droits légitimes à une réparation morale, matérielle et juridique.

Ce colloque devra aussi montrer comment des gestes héroïques de résistance ont pu se mettre en place, à travers quelques figures significatives, comme celle en France du Père Fleury (1905-1982), le futur fondateur de l’Aumônerie catholique des gitans et gens du voyage, défenseur pendant la guerre des Juifs et des Nomades du camp de Poitiers, dont les mémoires inédites donnent de précieux renseignements ou du chanoine Georges Duret, martyr de la Résistance (1887-1943). Il sera naturellement, si possible, donné la parole aux témoins survivants de ce drame.

Plus largement, ce colloque appréhendera les difficultés actuelles à concevoir l’égalité dans la diversité, à accepter la non sédentarité,  à admettre le dialogue interculturel et interconvictionnel, tout comme les raisons d’une hospitalité, d’une solidarité et d’un engagement au service de populations marginalisées et discriminées, à partir d’apports historiques (les travaux de Jacques Sigot), philosophiques (Levinas et Derrida), psychologiques (les recherches à la suite de Boris Cyrulnik), éthiques et religieux pour ne citer que quelques pistes, dans la recherche d’une restauration de la dignité humaine fondamentale et d’une meilleure vie en commun.  

 

JEUDI 24 MAI

9 h30 Accueil par Dominique COATANEA

Introduction à la problématique du colloque :

Cathy LEBLANC, La Logique des colloques sur la déportation

Jean-François PETIT, l’enjeu d’un travail interdisciplinaire sur la déclaration présidentielle de Montreuil-Bellay

 

I. Pour un état des lieux

Président de séance : C. PICHON

10h00 Montreuil-Bellay, un cas paradigmatique de l’enfermement des nomades

Jacques SIGOT, chercheur indépendant

10h30 Le Camp de Linas-Monthléry : des « nomades derrière les barbelés »

Théophile LEROY, agrégé d’histoire

11h discussion

11h30 Pause

11h45 La Logique d’internement en France

Islim ABOUT, CNRS

12h15 Pour une comparaison franco-allemande

Cathy LEBLANC, UCLille

12h45 Discussion

13h00 Repas

 

II. Figures d’une résistance méconnue

Président de séance :  D. COATANEA

14h30 Présentation

14h40 La Persécution des Tsiganes dans le Nord et en Belgique

Monique HEDDEBAUT, historienne

15.10 Discussion

15h30 : Les Résistances spirituelles : le Père Jean Fleury, 1er aumônier national des gens du voyage (1905-1982) et le chanoine Georges Duret (1887-1943), poète, philosophe, résistant, témoin

Bernard GRASSET, UCO

16h45 :  La Résistance tsigane en Europe

Calin SACAPLAN, Université de Cluj (Roumanie)

17.15 Espace, différence et coexistence. Entre sédentarité et nomadisme

 Fred POCHE, UCO

18h05 : conclusions de la journée

Cathy LEBLANC et J.-F. PETIT

18h30 : apéritif dinatoire

20h30 : ciné-débat animée par Jacques SIGOT

VENDREDI 25 MAI

9h30 Présentation de la journée

 

III. Une catégorisation philosophique de l’univers concentrationnaire

Président de séance :  Dominique DURAND, président Comité international Buchenwald-Dora

9h45   Sur la logique concentrationnaire 

Dominique DURAND, Président du CIBD. 

10h15   Monumémoire, ou de l’impossible souvenir

Renato BOCCALI, Université libre de langue et de communication de Milan

10h45 Discussion

11h15 pause

11h30 : La Négation de l’altérité (Levinas)

Vincent LAQUAIS, Faculté de philosophie, ICP

12h15 : discussion

12h 45 pause déjeuner

 

IV. Comment réparer ?

Président de séance : Ali MOSTFA, Université catholique de Lyon

14h30 : Présentation

14h40 : Du droit à une hospitalité inconditionnelle

J.-F. PETIT, Faculté de philosophie, Institut Catholique de Paris

15h10 : discussion

15h40 : pause

16h00 : table-ronde (animée par Ouest-France) : « la situation des Roms et des migrants :  comment relever les défis de l’hospitalité ? »

La pédagogie du Centre régional « résistance et liberté » de Thouars (Virginie DAUDIN, directrice)

La loi de 2015 relative au statut, à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage. (Dominique RAIMBOURG, ancien député, rapporteur de la loi)

Le plaidoyer du Comité catholique contre la faim et pour le développement en faveur des roms et des migrants (Sylvie BUKUKHARI DE PONTUAL, présidente du CCFD-Terre solidaire)

L’action du Centre d’entraide dédié aux demandeurs d’asile et aux réfugiés (CEDRE-Secours catholique (Bruno MAGNINY, directeur) (sous réserve)

17h discussion

17h30 Conclusions du colloque par Jean-François PETIT, Cathy LEBLANC, Fred POCHE, Ali MOSTFA

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2018 2 23 /01 /janvier /2018 13:52

Colloque international interdisciplinaire - Inscription obligatoire

La Loi à l’épreuve de la Déportation

Ou Comment évaluer les risques quand la loi imposée est mise au service du mal

Du 15 au 17 mars 2018

à l'Université catholique de Lille - Faculté de théologie (2ème étage du bâtiment académique), salle 247.

Inscription obligatoire auprès de Cathy Leblanc (cathy.leblanc2@wanadoo.fr)

Gratuit pour les étudiants et moins de 26 ans, 20 euros pour les 3 jours.  

Merci de libeller votre règlement à l’ordre de l’ « Institut Catholique de Lille », et de l’envoyer à  Faculté de Théologie, 60 Bd Vauban – CS 40109 – 59016 LILLE Cédex, en précisant, NOM, PRENOM, ADRESSE MAIL, N° de Téléphone.

 

Repas du jeudi midi : 25 euros ; repas du vendredi midi : 25 euros : chèque à l'ordre de l'Institut Catholique de Lille.

Faire deux chèques différents pour l'inscription et les repas. Merci. 

 

                La tradition de ce colloque annuel est de mettre un thème à l’épreuve d’un contexte de situation extrême bien particulier : celui de la Déportation des populations juives mais aussi de tous les indésirables de l’extrême droite nazie.

                Nous questionnerons cette année la loi dans tous ses aspects :

  • L’appareil légal qui fournira aux acteurs de l’appareil politique extrémiste de quoi transporter les populations incriminées dans des camps de natures diverses allant du camp de travail au camp d’extermination, de quoi faire périr une partie de ces populations selon des méthodes relevant du génie technique mis au service de la barbarie et de la haine. La grande question que nous nous posons est celle de savoir comment des lois criminelles peuvent être rédigées en toute impunité, puis publiées mais surtout suivies par des citoyens obéissants dont le niveau de culture n’avait rien à envier à d’autres, ce qui nous amènera à un autre questionnement : celui de la culture de la haine et de la violence mais aussi celui de la contamination, de Nuremberg à nos jours.
  • Cette enquête nécessite un éclairage sur la notion de « loi ». Qu’est-ce qu’une loi ? Qu’est-ce que la loi ? Comment peut-elle devenir un référent éthique et spirituel, régir des comportements, décider du destin de tout un peuple ?
  • La loi, c’est aussi la loi morale à l’œuvre dans l’incarcération, l’emprisonnement, dans des lieux improbables où règne la barbarie organisée, cette loi qui, en dépit de tout pousse les uns à s’enquérir des autres, à éprouver le souci de l’altérité. Nous la retrouvons à l’œuvre dans les communautés juives, dans les communautés communistes, dans les communautés féminines de Ravensbrück…
  • Cette étude thématique posera la question de ce qui se vit autour des lois criminelles : que se passe-t-il au niveau individuel et judiciaire pour ceux qui appliquent ces lois ? La temporalité est importance ici : il y a d’abord le moment de l’impunité : aucun risque pour ceux qui appliquent le système. Les risques augmentent ensuite, quand vient le temps de la condamnation. Il y a aussi ceux qui choisissent de lutter, d’entrer en résistance. Pour eux, la temporalité du risque est inversée : il est très présent d’abord, puisque, opposants au système, ils iront les premiers remplir les camps de concentration et pour certains périr. Dans un deuxième temps après la libération, pour ceux qui sont restés en vie, intervient la reconnaissance, la mise à l’honneur. Cette étude évoquera le contournement et le courage par lesquels certaines personnalités ont fait face à l’insoutenable. Nous ne consacrerons pas le colloque à la Résistance, ce qui sera l’objet d’un autre colloque, mais nous citerons quelques exemples originaux et inconnus en France.

A partir de cet exemple, tiré de l’un des pires génocides qu’ait connu l’histoire, nous souhaitons jeter aussi un peu de lumière sur les événements contemporains par lesquels une idéologie criminelle vient contaminer des esprits et les convertir à une détermination criminelle elle aussi et qui passe pour une « purification » sociale et spirituelle, tout comme le génocide juif passait pour une purification. C’était déjà le terme d’usage dans les génocides du début du XXème siècle.

Cet exemple de barbarie devait nous permettre de nous demander comment des populations entières sont littéralement « appâtés » (hooked), et littéralement soumises obéissant aux pires des ordres. La question centrale est de savoir si la notion de risque est déterminante dans les choix que font les uns et les autres. Voilà l’objectif du travail de cette année auquel s’attellera une équipe qui depuis sept ans maintenant travaille de concert, sur cette thématique.

 

Programme :  

JEUDI

INTRODUCTION THEORIQUE

Cathy LEBLANC, UCL, Le Concept de loi

Catherine VIALLE, UCL, La Loi dans l’ancien testament

LES LOIS CRIMINELLES

Monique HEDDEBAUT, professeur agrégé d’histoire, Les Lois de Nuremberg

Odile LOUAGE, présidente de l’AFDM-DT59, La Loi du sang

Hans BOETTCHER, Président du TGI honoraire de Lübeck, La Loi et la Justice (au double sens du terme)

Christophe PERRIN, chercheur associé de l’UCLouvain, Une loi pour les chiens ? Kant à Auschwitz

VENDREDI

Sylvie HUMBERT, Une nouvelle approche de la justice pénale internationale, des risques humains causés par des lois criminelles.

CONSEQUENCES DESTRUCTIVES

Jean-François PETIT, ICP, L’Expérience d’Emmanuel Mounier en prison, un rapport singulier à la loi.

             Mary HONAN, La Victime dans la littérature enfantine de la Shoah

Serge RAYMOND, FMD, La Blessure psychique

Stanislas DEPREZ, Ethics-UCL, Civilisation, loi et shoah. Réflexions sur les allemands de Norbert Elias.

RESISTANCE ET DETOUR

Dominique DURAND, Président du CIBD Buchenwald-Dora et Kommando, La loi morale dans les camps

David PETTIGREW, SCSU (USA), A propos de Varian Fry

            SAMEDI

            Pannel : Mathilde BOULAINGUIEZ, Jean-Baptiste CASBONNE, Florent TOFFIN,

Sophie Scholl

CONDAMNATIONS et REVELATIONS

Denis SALAS, Les Procès des grands criminels nazis

Cathy LEBLANC, La Conscience de Eichmann

Jean-Claude JEAN, président de chambre à la Cour de cassassion,  Assumer les conséquences des lois de Vichy

Programme susceptible de modifications mineures 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 23:40

Chers amis,

Voici le programme du colloque portant sur religion et spiritualité dans les camps de concentration nazis.

Du 9 au 11 mars 2017 à l'Université catholique de Lille

Inscription obligatoire (même gratuite).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Enjeux métaphysiques
  • : Blog de Cathy Leblanc, professeur en philosophie à l'Institut catholique de Lille. Thèmes de recherche : la barbarie et la déshumanisation, la phénoménologie heideggerienne. Contact : cathy.leblanc2@wanadoo.fr Pas d'utilisation de la partie commentaires pour avis publicitaire svp.
  • Contact

Réflexions sur la déshumanisation

Recherche